01 69 41 32 25 contact@adapei91.fr

Nos projets

Le dispositif de soutien à la parentalité des personnes en situation de handicap mental en Essonne

Comment rendre possible pour des adultes déficients intellectuels, citoyens reconnus, leur projet de parentalité sans préjudice pour leurs enfants ?

Comment aider ces parents singuliers, sans « confisquer » leur parentalité, tout en s’assurant du développement harmonieux de leurs enfants ?

Une réalité…

  • Parmi les personnes en situation de handicap mental accompagnées en SAVS et en ESAT, on estime que 10% deviennent parents.
  • Outre les difficultés inhérentes à leur déficience, le regard porté sur ces parents et les représentations sociales négatives altèrent également l’expression de leurs compétences parentales.
  • Des difficultés de développement sont observées chez près de 6 enfants sur 10.
  • Les professionnels sont démunis pour accompagner cette forme de parentalité.
  • Absence d’un réseau structuré et d’instances de concertation formalisée

Notre projet :

Nous voulons développer depuis le SAVS de la Résidence Soleil une réponse spécifique sur le territoire essonnien. Ce projet a été élaboré en co-construction avec les acteurs locaux depuis 2 ans : 70 professionnels et parents réunis pour la restitution de l’enquête et 35 participants autour de 4 chantiers prioritaires pendant 6 mois. Il s’appuie sur une réflexion nourrie de l’expérience des autres départements et études nationales.

Il s’agit de :

  • Permettre aux parents déficients intellectuels d’exercer leurs compétences,
  • Permettre le développement sécure et harmonieux des enfants,
  • Faire évoluer les représentations sociales relatives aux parents déficients intellectuels,
  • Améliorer la coopération entre acteurs, former et informer les professionnels.

Enjeux

Ethique :

  • Proposer un accompagnement spécifique et adapté aux parents en situation de handicap pour leur permettre d’exercer leurs fonctions parentales
  • Eviter un recours systématique au placement des enfants à l’ASE

Financier :

  • Le budget annuel de ce projet : autour de 150 000€ :
  • Confier le suivi de 2 enfants à l’ASE représente un coût annuel supérieur au coût de fonctionnement du
  • dispositif de Soutien à la parentalité des personnes handicapées.

Stratégique :

  • Favoriser l’inclusion
  • Favoriser le travail en synergie, la mutualisation des compétences.
Création d'une Plateforme d'accueil et d'accompagnement de personnes en situation de handicap mental vieillissantes

L’Adapei 91, section départementale de l’Unapei, avec ses partenaires, notamment l’association Ensemble Handicap, propose la création d’un dispositif d’accueil modulaire et évolutif, pouvant répondre aux besoins évidents et non satisfaits des personnes vieillissantes en situation de handicap mental.

Le constat :

  • Nous sommes confrontés chaque jour au manque de places pour ces personnes, en témoignent les listes d’attente de nos établissements qui ne cessent de s’allonger et les difficultés des familles pour trouver des solutions d’accueil adaptées à la problématique de leurs proches.
  • Rares sont les établissements destinés à accueillir les personnes handicapées mentales vieillissantes sur le territoire français. La Maison Valentine de Bouray-sur-Juine, que nous avons créée, a ouvert ses portes en 2009. C’est une structure unique dans l’Essonne. Cependant, malgré toute la volonté déployée, elle n’est pas en capacité de répondre à l’afflux des demandes.
  • Nous avons développé une expertise sur la question du vieillissement des personnes en situation de handicap mental, expertise qui nous encourage à aller de l’avant et sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour envisager un nouveau projet d’accueil de type modulaire et évolutif, pleinement inséré dans le tissu urbain.

La philosophie générale du projet :

  • Il s’agit de construire un ensemble de lieux d’accueil et d’accompagnement pour des personnes vieillissantes en situation de handicap mental. En proximité les uns des autres il s’agit de leur offrir la possibilité d’avoir un chez-soi, ouvert sur la ville et sur la vie de tout le monde. Il s’agit de reconnaître leur citoyenneté et leur libre-arbitre en favorisant les liens sociaux.
  • Avec l’UNAPEI nous œuvrons pour une société inclusive et solidaire, une société qui s’adapte à chaque citoyen pour que tous puissent vivre ensemble. C’est la raison qui nous pousse à diversifier les formes d’habitat pour permettre à des personnes handicapées adultes de bénéficier selon leur capacité d’un habitat collectif, semi-collectif ou individuel, hors du domicile parental.
    Les conditions de la réussite :
  • Nous nous préparons à répondre à un appel à projet (procédure obligatoire) qui devrait sortir fin 2019. Des groupes constitués, de familles, de personnes en situation de handicap et de de professionnels Co- construisent ce projet.
  • Nous recherchons des partenaires qui nous aident à obtenir les fonds nécessaires car un projet de cette envergure coutera environ 20 millions d’euros…
Projet de logements adaptés accompagnés : l’habitat « inclusif ».

L’habitat « inclusif » : des logements comme tout le monde, inclus dans la cité.

L’Adapei réalise actuellement deux types d’actions pour l’habitat inclusif de nos enfants :

  • La création de places de foyer d’hébergement médico-social en logements « hors les murs »,
  • L’accompagnement par le SAVS de personnes vivant à leur propre domicile ou au domicile de leurs parents.

Le constat

  • Les places en foyer sont en nombre limité, leur développement est contraint par les appels à projets, et elles ne suffisent pas à répondre aux besoins d’hébergement de tous,
  • Certains de nos enfants sont suffisamment autonomes pour se passer de l’accompagnement continu apporté par l’équipe pluridisciplinaire dans une structure d’hébergement médico-sociale…
  • Et pas assez autonomes pour vivre à leur domicile avec le seul accompagnement du SAVS

Notre projet

  • Pour et avec nos enfants « semi-autonomes ».
  • Des logements personnels assortis d’espaces communs, dont ils sont locataires, vivant de leurs ressources.
  • Des logements adaptés : faits autant pour favoriser leur autonomie que lutter contre l’isolement et développer les relations sociales, regroupés en petits ensembles.
  • Avec un accompagnement quotidien, fondé sur les droits personnels à la compensation du handicap et la mutualisation de certaines aides, conjuguant présence d’une personne de soutien et prestations individuelles selon les besoins de chacun (SAVS, accueil de jour, ESAT…).

Les conditions de la réussite

  • Faire reconnaitre le besoin d’aide humaine des personnes « semi-autonomes » par l’attribution d’une prestation de compensation du handicap et sa mutualisation pour mieux ajuster les temps de présence et permettre de moduler les interventions d’accompagnement.
  • Obtenir les financements complémentaires pour répondre aux appels à projets ou proposer des extensions de nos établissements.
  • Obtenir les financements accordés aux habitants à l’appui de leur « projet de vie sociale et partagée » (loi ELAN de nov. 2018).
  • Obtenir du département le développement des moyens renforcés pour l’organisation du dispositif et le soutien aux familles en vue de l’obtention des aides.
  • Développer les partenariats avec les acteurs du logement : bailleurs sociaux, associations spécialisées dans l’habitat inclusif.
  • Convaincre des municipalités pour l’intégration de ces logements dans les programmes urbains.