01 69 41 32 25 contact@adapei91.fr

Nos projets

Lire le texte

Le dispositif de soutien à la parentalité des personnes en situation de handicap mental en Essonne

Comment rendre possible pour des adultes déficients intellectuels, citoyens reconnus, leur projet de parentalité sans préjudice pour leurs enfants ?

Comment aider ces parents singuliers, sans « confisquer » leur parentalité, tout en s’assurant du développement harmonieux de leurs enfants ?

Une réalité…

  • Parmi les personnes en situation de handicap mental accompagnées en SAVS et en ESAT, on estime que 10% deviennent parents.
  • Outre les difficultés inhérentes à leur déficience, le regard porté sur ces parents et les représentations sociales négatives altèrent également l’expression de leurs compétences parentales.
  • Des difficultés de développement sont observées chez près de 6 enfants sur 10.
  • Les professionnels sont démunis pour accompagner cette forme de parentalité.
  • Absence d’un réseau structuré et d’instances de concertation formalisée

Notre projet :

Nous voulons développer depuis le SAVS de la Résidence Soleil une réponse spécifique sur le territoire essonnien. Ce projet a été élaboré en co-construction avec les acteurs locaux depuis 2 ans : 70 professionnels et parents réunis pour la restitution de l’enquête et 35 participants autour de 4 chantiers prioritaires pendant 6 mois. Il s’appuie sur une réflexion nourrie de l’expérience des autres départements et études nationales.

Il s’agit de :

  • Permettre aux parents déficients intellectuels d’exercer leurs compétences,
  • Permettre le développement sécure et harmonieux des enfants,
  • Faire évoluer les représentations sociales relatives aux parents déficients intellectuels,
  • Améliorer la coopération entre acteurs, former et informer les professionnels.

Enjeux

Ethique :

  • Proposer un accompagnement spécifique et adapté aux parents en situation de handicap pour leur permettre d’exercer leurs fonctions parentales
  • Eviter un recours systématique au placement des enfants à l’ASE

Financier :

  • Le budget annuel de ce projet : autour de 150 000€ :
  • Confier le suivi de 2 enfants à l’ASE représente un coût annuel supérieur au coût de fonctionnement du
  • dispositif de Soutien à la parentalité des personnes handicapées.

Stratégique :

  • Favoriser l’inclusion
  • Favoriser le travail en synergie, la mutualisation des compétences.

Lire le texte

Projet de logements adaptés accompagnés : l’habitat « inclusif ».

L’habitat « inclusif » : des logements comme tout le monde, inclus dans la cité.

L’Adapei réalise actuellement deux types d’actions pour l’habitat inclusif de nos enfants :

  • La création de places de foyer d’hébergement médico-social en logements « hors les murs »,
  • L’accompagnement par le SAVS de personnes vivant à leur propre domicile ou au domicile de leurs parents.

Le constat

  • Les places en foyer sont en nombre limité, leur développement est contraint par les appels à projets, et elles ne suffisent pas à répondre aux besoins d’hébergement de tous,
  • Certains de nos enfants sont suffisamment autonomes pour se passer de l’accompagnement continu apporté par l’équipe pluridisciplinaire dans une structure d’hébergement médico-sociale…
  • Et pas assez autonomes pour vivre à leur domicile avec le seul accompagnement du SAVS

Notre projet

  • Pour et avec nos enfants « semi-autonomes ».
  • Des logements personnels assortis d’espaces communs, dont ils sont locataires, vivant de leurs ressources.
  • Des logements adaptés : faits autant pour favoriser leur autonomie que lutter contre l’isolement et développer les relations sociales, regroupés en petits ensembles.
  • Avec un accompagnement quotidien, fondé sur les droits personnels à la compensation du handicap et la mutualisation de certaines aides, conjuguant présence d’une personne de soutien et prestations individuelles selon les besoins de chacun (SAVS, accueil de jour, ESAT…).

Les conditions de la réussite

  • Faire reconnaitre le besoin d’aide humaine des personnes « semi-autonomes » par l’attribution d’une prestation de compensation du handicap et sa mutualisation pour mieux ajuster les temps de présence et permettre de moduler les interventions d’accompagnement.
  • Obtenir les financements complémentaires pour répondre aux appels à projets ou proposer des extensions de nos établissements.
  • Obtenir les financements accordés aux habitants à l’appui de leur « projet de vie sociale et partagée » (loi ELAN de nov. 2018).
  • Obtenir du département le développement des moyens renforcés pour l’organisation du dispositif et le soutien aux familles en vue de l’obtention des aides.
  • Développer les partenariats avec les acteurs du logement : bailleurs sociaux, associations spécialisées dans l’habitat inclusif.
  • Convaincre des municipalités pour l’intégration de ces logements dans les programmes urbains.

Lire le texte